La Malédiction

La Malédiction
0

Il est né à la 6ème heure, le 6ème jour du 6ème mois. Selon le Livre des Révélations, la confrontation finale entre les forces du bien et du Mal, l'Apocalypse, débutera avec la naissance du fils de Satan sous sa forme humaine. Incapable d'annoncer à sa femme Katherine la mort tragique de leur nouveau-né, le diplomate américain Robert Thorn décide de prendre comme fils un bébé orphelin. Mais lorsque le petit garçon, prénommé Damien, grandit, il devient évident qu'il ne s'agit pas d'un enfant ordinaire. Robert Thorn réalise peu à peu que le Mal se cache derrière le visage angélique de son fils et que la signification du nombre 666 mène à la plus terrifiante des révélations.

Que celui qui a de l'intelligence compte le nombre de la bête, car c'est un nombre d'homme, et son nombre est 666.
(Apocalypse, ch. XIII, v.18)

 
  • La Malédiction
  • Titre original : The Omen
  • Réalisation : Richard Donner
  • Scénario : David Seltzer
  • Avec : Gregory Peck, Lee Remick, David Warner, Harvey Stephens, Leo McKern
  • Production : Royaume-Uni, États-Unis
  • 1976, 111 minutes

Succédant à celui de Rosemary’s Baby (Roman Polanski, 1968), L’Exorciste (The Exorcist, William Friedkin, 1973), Les Dents de la mer (Jaws, Steven Spielberg, 1975), le grand succès commercial de La Malédiction (The Omen, Richard Donner, 1976) confirme l’intérêt des grandes compagnies américaines et du large public international pour les formes de récit dérivées du genre fantastique. Longtemps confinés dans les limites de la série B, ce genre connaît enfin un impact en profondeur et signifiant auprès du public, lié au haut niveau de qualité professionnelle de la production dans tous les domaines (photo, effets spéciaux, décors, cast), mais aussi et surtout à la présence d’un climat social particulièrement propice à son épanouissement. Résurgence de l’irrationnel dans la vie quotidienne, omniprésence de la violence, recrudescence de l’intérêt pour l’occulte et l’imaginaire sous toutes ses formes, multiplication des cultes et sectes les plus bizarres.

 

Ce phénomène témoigne de l’angoisse américaine - mais l’Amérique nous tend un miroir grossissant - et les films les plus «publics» de ces dernières années sont ceux qui rendent compte de ces menaces avec le plus d’évidence et de pouvoir de suggestion. Si le film-catastrophe exprime fréquemment la crainte d’une vacance du pouvoir, d’un effondrement du cadre de vie traditionnel, le film fantastique d’inspiration démoniaque ne manifeste t-il pas la peur de la possession : infiltration et perversion sournoises des institutions (on rejoint là le courant de la politique-fiction), détournement de la démocratie à des fins obscures, menace d’une apocalypse.

 

Toutes craintes clairement présentes dans La Malédiction que l’on pourrait résumer sous forme de question : “Et si le Diable s’introduisait demain à la Maison Blanche? …”

C'est à Rome, un 6 juin à 6 heures du matin que la substitution eut lieu. Après avoir été victime de fausses-couches répétées, Katherine Thorn semblait devoir connaître sa première grossesse normale. Robert, son mari, fut le premier à apprendre du père Spiletto que l'enfant était mort-né. Katherine, encore inconsciente, ignorait tout de ce nouveau drame et Thorn, pour l'épargner adopta secrètement un fils, nommé Damien, né la même nuit et que sa mère avait abandonné. Quelques semaines plus tard, les Thorn partaient pour Londres où Robert - qui avait toujours bénéficié de l'amitié du Président - venait d'être nommé ambassadeur...

 

Cinq ans ont passés, durant lesquels Katherine, d'abord comblée par la venue de Damien, sent progressivement ce dernier s'éloigner d'elle. Elle s'inquiète de la voir rester étrangement silencieux et fixer sur chacun un regard scrutateur et froid. Et puis, le jour du cinquième anniversaire de l'enfant, sa jeune nourrice, inexplicablement, se pend, lançant le nom de Damien avant de se jeter dans le vide. Dès le lendemain, une nouvelle nanny se présente en la personne de Mrs Baylock, une femme énergique qui prend bientôt entièrement Damien en main, achevant jour après jour, de le séparer davantage de sa mère. Cette dernière l’emmène un jour au zoo, mais sa présence provoque un accès de panique puis de rage collective chez les singes. Un peu plus tard, alors que ses parents se rendent à un mariage, Damien entre en transe à la vue d'une église et attaque sauvagement Katherine.

 

Désemparée, celle-ci consulte un psychiatre, sans oser avouer les motifs de son inquiétude à Robert. De son côté, ce dernier à reçu la visite d'un prêtre, le père Brennan, dont il a d'abord rejeté les révélation et les exhortations stupéfiantes, mais dont il ne peut effacer le souvenir. Lors d'une seconde entrevue, Brennan, qui semble malade et déchiré par d'obscurs remords, annonce à Thorn ce que personne ne pouvait savoir : Katherine est à nouveau enceinte et Damien ne permettra pas à l'enfant de vivre. Car c'est lui seul qui doit hériter de Thorn et, après l'avoir tué, instaurer sur Terre le royaume de Satan... Quelques instants après cette entrevue, le père Brennan meurt, transpercé par un paratonnerre, et le soi même, Robert reçoit de Katherine la confirmation qu'elle attend un enfant mais désire avorter. Décidé à lutter contre l'accomplissement de la prophétie, Thorn repousse violemment sa suggestion, amenant ainsi l'intervention de Damien et de Mrs Baylock : Katherine, victime d'une chute, fait une nouvelle fausse-couche.

 

Thorn rentre en contact avec Jennings, un photographe que bizarre suicide de la nourrice et le comportement du prêtre avaient intrigué. Quelques détails sans lien extérieur apparent (le tatouage "666" sur la cuisse du défunt, une coupure de presse relatant l'apparition, le 6 juin 66, d'une comète semblable à l'étoile de Bethléem) s'éclairent alors d'un jour nouveau et Thorn, se remémorant certaines des paroles du père Brennan, part pour Rome en compagnie de Jennings. Tous deux retrouvent le père Spiletto, paralytique et muet depuis l'incendie de l'hôpital. Celui-ci les envoie au cimetière étrusque de Cerveti. Les deux tombes les plus récentes renferment respectivement le cadavre du fils de Thorn et la carcasse d'un chacal. La bête d'où sortit Damien... La même nuit, Mrs Baylock pénètre dans la chambre d'hôpital de Katherine et précipite cette dernière dans le vide.

 

Dans l'ancienne cité de Meggido, Thorn reçoit d'un vieil exorciste, Bugenhagen, les instruments destinés au sacrifice de Damien. La mort brutale de Jennings - qui se savait condamné - à raison de ses derniers doutes. Lui seul peut, désormais, affronter l'Antéchrist...

Chaque heure, chaque jour vous rapprochent de la fin du monde

Vous êtes avertis...

La Malédiction arrive.

You Have Been Warned. If Something Frightening Happens To You Today. Think About It. It May Be "The Omen."

Who is He? What is He? Should We Fear Him? Can We Stop Him? Is He a Warning? Is He the Beginning of the End?

It is the greatest mystery of all because no human being will ever solve it.

Those who foretold it are dead. Those who can stop it are in grave danger.

It is the greatest mystery of all because no human being will ever solve it. It is the highest suspense because no man can bear it. It is the greatest fear because it is the ancient fear of the unknown. It is a warning foretold for thousands of years. It is our final warning. It is The Omen.

Bande annonce

 
  • The Omen
  • Bande originale de Jerry Goldsmith
  • Sortie : 1976
  • Label : 20th Century Fox
  • Durée : 34:16 min.
Piste Titre Durée
1 Ave Satani 2:32
2 The New Ambassador 2:33
3 The Killer Storm 2:51
4 A Sad Message 1:42
5 The Demise of Mrs. Baylock 2:52
6 Don't Let Him 2:48
7 The Piper Dreams 2:39
8 The Fall 3:42
9 Safari Park 2:04
10 The Dogs Attack 5:50
11 The Homecoming 2:43
12 The Altar 2:00
 
Interprètes
 Équipe technique
Robert Thorn ...... Gregory Peck Producteur exécutif  ...... Mace Neufeld
Katherine Thorn ...... Lee Remick Producteur  ...... Harvey Bernhard
Jennings ...... David Warner Réalisateur  ...... Richard Donner
Mrs. Baylock ...... Billie Whitelaw Scénariste  ...... David Seltzer
Damien ...... Harvey Stephens Producteur associé  ...... Charles Orme
Bugenhagen ...... Leo McKern Directeur de la photographie  ...... Gilbert Taylor, B.S.C.
Père Brennan ...... Patrick Throughton Direction artistique  ...... Carmen Dillon
Père Spiletto ...... Martin Benson Monteur  ...... Stuart Baird
Moine ...... Robert Rietty Musique  ...... Jerry Goldsmith
Prêtre ......  Tommy Duggan Conseillers religieux  ...... Robert Munger, Rev. Don Williams
Le psychiatre  ......  John Stride Assistant directeur artistique  ...... George Richardson
Dr. Becker ......  Anthony Nicholls Casting  ...... Maude Spector
La nourrice  ......  Holly Palance Directeur de production  ...... Claude Hudson
Reporter  ......  Roy Boyd Assistante de production  ...... Carolee Danz
Nonne  ......  Freda Dowie Effets spéciaux  ...... John Richardson
Mrs. Horton  ......  Sheila Reynor Régisseur d'extérieurs  ...... Bernard Hanson
Horton  ......  Robert Mac Leod Assistant réalisateur  ...... David Tomblin
Adjoint de Thorn  ......  Bruce Boa Deuxième assistant  ...... Steve Lanning
Deuxième adjoint  ......  Don Fellows Cameraman  ...... Gerry Anstyss
Photographe ......  Dawn Perllman Script  ...... Elaine Schreyeck
Infirmière  ......  Nancy Manningham Décors  ...... Tessa Davies
Première nonne  ......  Miki Iviera Construction  ...... Reg Richards
Secrétaire ......  Betty McDowall Chef électricien  ...... Ron Taberer
Marine ......  Nicholas Campbell Cascades réglées par  ...... Alf Joint
Agent des services secrets  ......  Burnell Tucker Son  ...... Gordon Everett
Gentleman au match de rugby ......  Ronald Leigh-Hunt Doublage  ...... Less Wiggins, Doug Turner
Arabe ......  Yakov Banai Aide monteur  ...... Chris Ridsdale
Officiers et membres du personnel de la U.S. Marine Barracks de Londres Costumière   ...... G.W. Nicholls
Chef maquilleur   ...... Stuart Freeborn
Accessoiriste   ...... George Ball
Assistante du réalisateur   ...... Judy Friesen
Tourné en Grande-Bretagne, Italie et Israël